Economie

APRÈS LE RETRAIT DE LA DEMANDE DE FUSION : Barrick et Newmont annoncent la signature d’une coentreprise pour leurs actifs miniers dans le Nevada

Barrick Gold Corporation et Newmont Mining Corporation ont annoncé lundi mardi 11 mars 2019 la signature par les deux sociétés d’un accord de coentreprise regroupant leurs activités minières, leurs actifs, leurs réserves et leurs talents respectifs dans le Nevada, Etat de l’ouest des Etats-Unis d’Amérique, bordé au sud-ouest par la Californie, au nord par l’Oregon et l’Idaho, et à l’est par l’Utah et l’Arizona. A la suite de cette entente, Barrick a retiré sa proposition d’acquisition de Newmont annoncée le 25 février et ses propositions pour l’assemblée générale annuelle de Newmont présentées le 22 février.

Il s’agit d’un accord historique entre les deux sociétés d’exploitation aurifère, qui opèrent indépendamment au Nevada depuis des décennies, mais n’avaient pas été en mesure de convenir de conditions de coopération. La coentreprise leur permettra de générer des synergies annuelles moyennes avant impôt estimées à 500 millions de dollars américains au cours des cinq (5) premières années complètes du regroupement, dont la valeur actuelle nette avant impôts de 5 milliards de dollars est estimée sur une période de 20 ans.

Le président et chef de la direction de Barrick, Mark Bristow, a déclaré que cet accord marquait l’aboutissement d’un accord conclu depuis plus de 20 ans.
« Nous avons écouté nos actionnaires et convenu avec eux que c’était le meilleur moyen de tirer parti de l’énorme potentiel de la richesse inégalée des ressources minérales des Goldfields du Nevada et de maximiser les rendements de nos activités dans ce pays. Nous sommes enfin en train de supprimer les barrières pour faire fonctionner le Nevada en tant qu’entité unique afin de donner toute sa valeur aux deux types d’actionnaires, ainsi qu’à toutes nos parties prenantes, en assurant l’avenir à long terme de l’extraction aurifère dans le Nevada. »

Quant à Gary Goldberg, président-directeur général de Newmont, celui-ci a déclaré que la logique de regroupement des activités des deux sociétés était convaincante.

Selon Gary Goldberg, « cet accord représente un moyen novateur et efficace de générer de la valeur à long terme à partir de leurs actifs communs au Nevada et représente un pas en avant important pour accroître la création de valeur pour leurs actionnaires ».
Par le biais de la coentreprise, les deux parties s’engagent également à respecter les normes les plus élevées en matière de sécurité, ainsi qu’un engagement responsable et significatif avec leurs employés, les communautés et les autres parties prenantes. Après la finalisation de la coentreprise, le complexe du Nevada deviendra le premier producteur aurifère au monde, avec une production estimée à plus de quatre millions d’onces en 2018, trois actifs de niveau 1, potentiellement en devenir, et 48 millions d’onces de réserves.

La création de la coentreprise est soumise aux conditions habituelles, y compris les autorisations réglementaires, et devrait être achevée dans les prochains mois. La coentreprise exclura le projet Fourmile de Barrick et les gisements Fiberline et Mike de Newmont, dans l’attente de la détermination de leur faisabilité commerciale.

A la suite de cette entente, Barrick a retiré sa proposition d’acquisition de Newmont annoncée le 25 février et ses propositions pour l’assemblée générale annuelle de Newmont présentées le 22 février.

Dieudonné Buanali

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Syndicat, n° 315, Kinshasa-Gombe, RDC
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top