Economie

Avec la chute des prix du cuivre et du cobalt : La croissance économique va-t-elle ralentir en RDC à cause de la tendance baissière ?

La République Démocratique du Congo (RDC) court le risque de bâtir sa croissance économique sur les ressources naturelles qui obéissent aux fluctuations du marché international. Au cours d’une cérémonie de présentation des perspectives économiques, le mercredi 26 juin dernier, le représentant-résident du Fonds Monétaire International (FMI) en territoire congolais a affirmé que : « La croissance en RDC va probablement baisser en 2019 au regard des perspectives de production de l’industrie extractive ». A Monsieur Philippe Egoumé de préciser que : « Après des années de suite d’accélération économique en 2017 et 2018, grâce au niveau élevé des prix des principales exportations en RDC, la croissance économique va probablement ralentir en 2019 dans le pays à cause de la tendance baissière des prix du cuivre et du cobalt (Ndlr : deux principales matières premières exportées par la RDC) ».

Pour faire face à cette nouvelle donne, le représentant-résident de cette institution de Bretton Woods en RDC propose deux thérapies, à savoir : (1) diversifier l’économie nationale et, (2) augmenter la part des recettes des secteurs non extractifs dans le Budget de l’Etat.

D’après les derniers chiffres du FMI, le secteur minier rd-congolais a contribué à 74% dans la croissance économique observée en RDC en 2017 et en 2018, comparativement aux secteurs non extractifs dont la croissance est en baisse depuis 2016.

Rappelons que le prix du cobalt a baissé de l’ordre de 64% en une année, entre Mai 2018 et Mai 2019, passant de 90 000 dollars américains (USD) la tonne à 30 000 USD. Ladite baisse a été de 43% de Janvier à Mai 2019. Le prix du cuivre, lui, a baissé de 11% au cours de la même période, contrairement à celui du cobalt. Le prix du cuivre a légèrement augmenté entre Janvier et Mai 2019 de 1,98%. La production du cobalt a ainsi baissé de 45% entre Octobre 2018 et Mars 2019, tandis que celle du cuivre a diminué de 8%.

Selon Al Kitenge, analyste politique et économiste, c’est une bêtise collective de penser qu’à chaque fois que quand le prix du cuivre baisse ou augmente, l’économie congolaise devrait en ressentir le choc. Non ! Selon notre expert, « la résilience d’un pays réside dans sa capacité de diversifier son économie ».

AL Kitenge attend par diversifier l’économie deux choses, à savoir : la première est la diversification transversale, c’est-à-dire, il faudrait que toutes les provinces contribuent à l’économie du pays. Et la deuxième chose, c’est la divergence verticale, c’est-à-dire, nous ne devrons pas avoir un seul secteur de production (Ndlr : le secteur minier) qui, à mon avis, n’est même pas un grand secteur économique.

Il est important, pense AL Kitenge, que la RDC puisse avoir un plan stratégique de développement qui démontre de quelle manière elle est censée vivre. Il est ridicule qu’année après année chaque fois que les prix des matières premières augmentent ou baissent sensiblement sur le marché international que nous soyons en mesure de trembler ».

Dorcas Mayamona (Stagiaire/UPN)

 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Syndicat, n° 315, Kinshasa-Gombe, RDC
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top