Economie

Coopération avec les institutions de Bretton Woodss : La RDC a-t-elle besoin d’un programme formel avec le FMI ?

Plus d’un mois après la fin de la mission du Fonds Monétaire International (FMI), le 5 juin dernier, au titre de l’article 4, un rapport sera soumis fin août au conseil d’administration de cette institution qui statuera sur le dossier. Un préalable à l’ouverture de possibles négociations sur un éventuel programme financier entre la République Démocratique du Congo (RDC) et l’institution de Bretton Woods. Bien entendu, la décision d’un engagement formel entre les deux partenaires suscite un questionnement. La RDC a-t-elle vraiment besoin d’entrer en programme avec le FMI ? A cette question, on peut déjà tenter de répondre affirmativement au regard de la volonté manifeste du Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi qui trouve dans la reprise de la coopération avec le FMI, une occasion de donner plus de marge de manœuvre à son programme de gouvernance qui entend répondre aux immenses besoins en développement du pays.

Dans les milieux économiques congolais, la question est analysée avec tout le sérieux possible. Avons-nous besoin de ce programme? L’économie de notre pays pourra-t-elle survivre sans le programme du FMI ? Entre ces interrogations et la nécessité d’un appui budgétaire, il est possible que des avis divergent sur la manière et la nature de l’aide. Géopolis Hebdo, a voulu interroger les uns et les autres mais pour cette édition, un regard a été tourné vers Freddy Mulumba, un analyste. Freddy Mulumba : « Il faut collaborer mais tout en identifiant où sont les intérêts de la RDC »?
« Il y a toujours un besoin du FMI. Mais dans les discussions, il faut des experts congolais en face des experts du FMI, après quoi il faudra savoir identifier nos intérêts, car il faut rappeler dans l’histoire qu’à l’époque du président Mobutu, il ya eu l’ajustement structurelle qui avait détruit l’Etat zaïrois à son temps, suite à la réduction du personnel, de 600000 à 60000.Cette réduction avait eu un impact très négatif sur le fonctionnement de l’Etat .Avec un tel passé, quand le FMI revient pour des discussions, il nous faut des grands experts qui connaissent l’histoire de notre pays et sachent orienter vers nos propres intérêts, sans oublier que le FMI aussi travaille pour les multinationales. Aujourd’hui, il est essentiel de collaborer, mais la grande question est où sont nos intérêts ? » S’est interrogé Freddy Mulumba

Cet acteur de la lutte contre la balkanisation de la RDC, invite les intellectuels congolais notamment les experts en cette matière à plus de réflexion sur cette question. « Aujourd’hui, nous pouvons lever des fonds sur le marché international sans le FMI. Le Président de la République, Félix Tshisekedi, a pris une décision politique. Aux intellectuels congolais maintenant d’identifier nos intérêts», a-t-il conclu.

Paulin Muembo

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Syndicat, n° 315, Kinshasa-Gombe, RDC
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top