Santé

Créé par le basketteur Mutombo Dikembe : L’HBMM a célébré ses 10 ans d’activités sous le signe de l’excellence

Créé par Jean-Jacques Mutombo Dikembe, l’hôpital Biamba Marie Mutombo, HBMM en sigle, a célébré, lundi 17 juillet 2017, à Kinshasa, ses 10 ans d’activités sous le signe de l’excellence. En effet, il est 12h40, heure locale, quand la parole est donnée au modérateur du jour, le Dr Matthieu Kabongo, ci-devant chirurgien de formation, qui a, avant de présenter à la fois le programme de la journée à l’assistance et d’adresser le mot de bienvenu aux autorités politico-administratives et convives, demandé une minute de silence pour les agents et cadres qui ont rendu des bons et loyaux services à cette formation hospitalière et que le Très Haut a rappelé auprès de Lui.

1A tout Seigneur, tout honneur, dit-on. Puis, la parole sera accordée d’abord à Monsieur Mpoy Louman, un homme qui est là depuis le début de cette aventure, l’homme qui a vu « cet enfant », que son géniteur (Ndlr : Le Chairman Jean-Jacques Mutombo Dikembe) a bien voulu appelé « Biamba Marie Mutombo » en souvenir de sa tendre mère qui a déjà quitté la terre de ses ancêtres, naitre et grandir jusqu’à totaliser 10 ans d’existence.

Avant d’en arriver-là, cet enfant a connu les hauts et les bats. Pendant sa croissance, lorsque cet enfant était dans la tourmente, Me Mpoy Louman n’hésitait pas, un seul instant, à se mouiller les pieds et les mains pour à la fois le sauver et le redresser.

« Nous ne pouvons pas célébrer ce 10ème anniversaire sans penser à nos malades, qu’ils soient admis en hospitalisation ou reçus en ambulatoire, à qui nous souhaitons un prompt rétablissement en leur assurant par la même occasion que tout sera fait par l’Hôpital pour leur donner des soins de qualité », a déclaré d’entrée de jeu Me Mpoy Louman, Administrateur-Délégué de l’HBMM.

Et d’ajouter : « Toute grande distance parcourue commence par un pas. Aujourd’hui, ses 10 ans d’existence constituent pour nous l’âge de confiance, d’expérience et de maturité qu’il faut à la fois saluer pour l’Hôpital et pour l’ensemble de son personnel. »

2En 10 années d’existence, l’HBMM a tenu le cap en ayant une mission, un plateau technique et des réalisations diverses qu’il convient de saluer des deux mains. Dans sa mission, l’HBMM a œuvré, affirme Mpoy Louman, pour changer la vision des soins de santé en République Démocratique du Congo (RDC). Cela s’est concrétisé par la prise en charge totale des malades hospitalisés dans les conditions d’hygiène et d’humanité et surtout, par la pratique des prix coutants remarquables.

Sur le plan technique, Mpoy Louman a fait savoir à l’assistance que l’HBMM dispose d’un plateau appréciable comprenant une unité des urgences, des soins intensifs et de réanimation munis des équipements de haute technologie, des blocs opératoires avec trois salles d’opération toutes bien équipées, d’une salle d’imagerie médicale avec des équipements modernes dont un scanner de 64 barrettes et des échographes 4D, un laboratoire suffisamment outillé qui réalise des examens biologiques et des tests diversifiés, une morgue moderne, une unité de néonatalogie équipée d’une dizaine d’incubations, des défibrillateurs semi-automatiques, des moniteurs et respirateurs de dernière génération, des seringues électriques, pour ne citer que ceux-ci.

« Toutes ces unités sont appuyées par des ambulances médicalisées et équipées des matériels cardio-respiratoires permettant des évacuations vers ou à partir de l’Hôpital, et des équipes médiales peuvent convoyer les malades selon le cas. », avons-nous appris de l’AD.

Dans son paquet d’activités, l’HBMM offre une prise en charge totale du malade dès l’hospitalisation consistant en la pharmacie digne de ce nom, la surveillance médicale, des infirmières permanentes sans gardes malades, la restauration et l’hôtellerie.

Les services qui y sont organisés sont les suivants : la médecine générale et la médecine spécialisée, ainsi que d’autres spécialités telles que l’ORL (Oto-rhino-laryngologie, c’est-à-dire, la spécialité de médico-chirurgicale consacrée aux anomalies de l’oreille, du nez et des sinus, de la gorge et du cou. Elle s’intéresse aussi à l’ouïe, à la voix, à la respiration, à l’odorat et au goût, à l’équilibre, et enfin, à l’esthétique du visage), l’ophtalmologie, la kinésithérapie qui vient d’être dotée des équipements modernes et qui facilitent la rééducation physique.

Biamba Marie Mutombo est aussi doté des services de neuropsychiatrie, et de pneumologie. Il convient d’ajouter la cardiologie et de la dentisterie.

Quid des réalisations ?

Depuis sa création il y a 10 ans, l’HBMM a pris une part active dans la gestion des catastrophes aussi bien au pays qu’à l’étranger. L’HBMM s’est investi dans le domaine de la recherche appliquée, de la formation avec certains programmes diversifiés versés sur la communauté et autres.

S’agissant de la gestion des catastrophes, l’HBMM s’est illustré dans la prise en charge des rescapés du crash du vol de « Hewa Bora » à l’aéroport international de Kisangani, le 08 juillet 2011, du crash de l’avion de la Mission des Nations Unies pour la stabilité de la RDC (MONUSCO) à l’aéroport international de Ndjili, et enfin, dans la prise en charge des explosions des dépôts de munitions de Mpila au Congo-Brazzaville.

S’agissant de la recherche, l’HBMM mène, seul ou en partenariats avec d’autres institutions de recherche, des recherches scientifiques sur la médecine tropicale et sur les maladies négligées. Biamba Marie Mutombo accueille des stagiaires des instituts supérieurs et universités congolais et étrangers. A ce titre, il accueille, en collaborations avec les institutions précitées et l’Office national pour l’emploi (ONEM), des stagiaires et organise des formations diverses pour l’encadrement de la jeunesse, avenir de la nation.

Sur le plan communautaire, l’HBMM, sur incitation de la Fondation Mutombo Dikembe, a pu réaliser plusieurs campagnes et continue d’en réaliser d’autres. On peut citer à titre exemplatif, la prise en charge des prématurés en état de pronostic médical réservé provenant de la maternité des sœurs de Kingasani, situé à l’Est de Kinshasa, pour leur offrir des soins qui augmentent leurs chances de survie ; la prise en charge gratuite des personnes indigentes dès son ouverture, notamment les victimes des accidents de circulation qui viennent des autres hôpitaux qui ne disposent d’aucun moyen pour leur prise en charge ; la prise en charge chirurgicale des plusieurs femmes porteuses des miomes en collaboration avec une équipe médicale venue des Etats-Unis d’Amérique ; la réparation des fistules vaginales avec le concours du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), surtout pour les femmes de l’ex Bandundu, Kinshasa et Kongo-Central ; la prise en charge des malentendants pour la pose des prothèses auditives ; la prise en charge des cataractes ; le dépistage et la chirurgie du col de l’utérus, un programme très récent et audacieux initié par la Fondation Dikembe Mutombo ; la prise en charge des enfants vivants avec handicap, sans oublier la réparation des becs de lièvre avec le concours de ses partenaires, etc. Cette liste n’est pas exhaustive.

D’après le médecin chef de staff, le docteur Faustin Mupeya Kaku, en 10 années d’existence, sa structure a hospitalisé plus de 66.000 malades qui ont bénéficié des soins de santé de qualité. Ayant une capacité finale de 300 lits, l’HBMM compte actuellement pour sa première phase 130 lits ainsi que des multiples services médicaux.

«Pour cette première décennie, nous avions une mission précise et nette, celle de changer la vision de soins de santé en RDC. Cela sous-entend une prise en charge de qualité et dans toute sa globalité. Ce qui suppose que l’on prend en charge le patient en termes de médicament, restauration, hôtellerie, évidement la prise en charge médicale et l’infirmerie », a-t-il indiqué.

L’HBMM a accompli beaucoup de choses en 10 années d’existence pour le bien de la population congolaise. « Les tarifs qu’il pratique, contrairement à ce qui se raconte dans la cité, sont des tarifs qui sont aux prix coutants. Par exemple, le tarif de consultation générale est à 15.000 Francs congolais (10 USD) », a déclaré l’AD Mpoy Louman.

Des sources proches de cette formation hospitalière, nous avons appris que ce tarif est resté inchangé depuis plusieurs années malgré la dépréciation de la monnaie nationale. Quoi qu’on en dise, l’HBMM pratique les vrais prix coutants afin de rendre ce grand centre hospitalier accessible à toutes les bourses.

Il sied de rappeler que toutes ces actions ont été réalisées grâce au dévouement du staff dirigeant et du personnel de l’HBMM : médecins, infirmiers et autres tels que techniciens, électriciens, balayeurs, jardiniers, plombiers… qui, tout au long de ces 10 ans, ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour servir pleinement les malades et être à l’écoute des familles des malades.

Avant de clore son propos, l’AD Louman Mpoy a tenu à exprimer sa gratitude à ses contemporains en ces termes : « Nous rendons hommage à notre personnel et lui témoignons notre gratitude pour son amour du travail bien fait. Nous l’encourageons à continuer sur cette lancée pour d’autres plus belles années et pages de l’histoire à écrire au sein de l’HBMM. Nous témoignons aussi notre reconnaissance au Chairman Jean-Jacques Mutombo Dikembe pour les efforts qu’ils ne cessent de fournir pour que l’Hôpital qui porte le nom de sa tendre mère Biamba Marie Mutombo continue son développement et s’affirme encore davantage comme un des acteurs de la santé de premier plan dans notre pays. »

Le train HBMM est en marche et les perspectives d’une médecine d’avenir sont en cours de réalisation en RDC. Bon heureux et anniversaire !

Dieudonné Buanali

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Syndicat, n° 315, Kinshasa-Gombe, RDC
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top