Société

Décès du DJ Arafat : Les leçons à tirer pour les motards Congolais ?

Victime d’un accident de moto dans la nuit du dimanche 11 au lundi 12 août, l’artiste musicien DJ Arafat était aussi un amateur de la moto. Sa passion lui aura été fatale. Il conduisait sans norme de sécurité, cabré sur une moto dans la ville d’Abidjan très branchée dans les excès. La capitale de la Côte d’Ivoire a comme par hasard des similitudes avec Kinshasa. Dans la capitale de la RDC, la moto est aussi très à la mode. A Kinshasa, de jeunes gens roulent tout aussi sur des motos à grande vitesse. Ces jeunes ne s’embarrassent pas de considérations sécuritaires. Pour les policiers de la brigade routière, il est plus que temps pour les motards congolais de tirer les leçons de tels accidents pour se conformer aux normes de sécurité dans la conduite de la moto.

A Kinshasa, les vidéos de DJ Arafat, star ivoirienne décédée lundi dernier, sont devenues virales. Ses courses et ses virées nocturnes, lui-même juché sur une moto. Ange-Didier Huon de son vrai nom est devenu encore plus célèbre par sa mort. Mais loin de s’amuser du spectacle macabre du chanteur ivoirien, ce sont plutôt les leçons que les uns et les autres tirent de cette disparition tragique. Répondant aux questions des reporters de Géopolis Hebdo qui ont recueilli la réaction des motards Kinois sur l’accident mortel, plusieurs Wewa estiment que « la conduite d’un deux-roues peut être bien pratique pour aider les congolais, cependant ce mode de transport n’est pas plus sûr. L’équipement a donc une importance pour la sécurité à moto. Les conséquences pour nos amis qui conduisent avec un excès de vitesse, sans casque ou autre accessoire de sécurité, sont plus grandes en cas d’accident ». Et d’ajouter, « les accidents, il y en a toujours eu, mais la mort de cet artiste nous pousse à bien faire notre travail ». Notre interlocuteur a conclu son propos en lançant un appel à l’endroit des dirigeants : « Ils doivent veiller sur les normes de sécurité et exiger notamment le port du casque pour les motards ».

Selon un capitaine de la police de circulation routière, les motocyclistes n’ont pas forcément plus d’accidents que les automobilistes, mais quand ils en ont un, le risque d’en mourir ou de se fracturer est considérablement plus élevé.

Il faut aussi dire que selon le code de route, le port du casque est obligatoire depuis 1973. Et en cas de manquement, nous précise l’officier, le conducteur est passible d’une amande. Le gilet jaune est également prescrit pour les motards depuis le 1er janvier 2016. Son port n’est cependant pas obligatoire, mais il doit être placé dans un endroit facile d’accès afin que le motard accidenté puisse l’enfiler facilement en cas d’urgence. L’absence de gilet est aussi passible d’une amande.

Lelo Mbenza Heritier

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Syndicat, n° 315, Kinshasa-Gombe, RDC
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top