Politique

Enquête au Palu : Antoine Gizenga, le silence qui fait parler tout le monde

Antoine Gizenga, secrétaire général du Parti Lumumbiste Unifié (Palu).

Au Parti Lumumbiste Unifié, tout le monde ou presque est d’avis que la crise mine cette formation politique à l’approche des élections. Dans la maison du patriarche Antoine Gizenga, l’on était habitué à la « discipline du parti ». Chaque fait et geste étaient l’objet d’une consultation des instances dirigeantes du parti. Mais depuis quelques temps, le Palu semble avoir être scindé en trois parties à l’approche des échéances électorales. Dans cette enquête réalisée par Géopolis Hebdo, il est établi que trois courants se disputent la gestion du parti en l’absence de la parole du patriarche, très affaibli par le poids de l’âge notamment. En effet, depuis la signature de la charte du Front Commun pour le Congo par des ministres membres du parti, les divisions internes ont refait surface. En signant la charte du FCC, Martin Kabwelulu, Lambert Matuku et Noël Botakile, ont-ils reçu l’autorisation du chef du parti ? Si non, pourquoi, le Secrétaire général ou Permanant n’ont-ils jamais communiqué sur la question ? Voici des questions auxquelles nous nous sommes intéressés. Après nos différents entretiens dans et en dehors du parti, il fait état des graves fractures au sein du parti cinquantenaire. D’un côté, vous avez le groupe proche du FCC conduit par Martin Kabwelulu favorable à une nouvelle alliance formelle avec Joseph Kabila. L’autre groupe est essentiellement composé des caciques conduits par Adolphe Muzito plutôt proches de l’opposition qui veut à tout prix en finir avec une Majorité présidentielle qui n’aurait tenu ses promesses. Et Lugi Gizenga dans tout ça, l’homme semble écartelé d’une part, par ces deux courants et de l’autre par une base du parti fidèle au patriarche. Pour bien comprendre cette nébuleuse, nous avons tenté d’approcher les trois courants mais seul les muzitustes ont accèpté de nous recevoir. Dans les lignes qui suivent, l’entretien de Steeve Kivuata, le porte-parole d’Adolphe Muzito.  

Géopolis hebdo/ Deux ministres et un Vice- ministre du Palu ont signé la charte fondatrice du FCC en l’absence du Secrétaire Permanant qui, en vertu de la tradition au parti, engage le Palu, il y a-t-il un malaise au parti ?

Steeve Kivuata /Ce qui se passe, c’est que, nous avons des ministres membres du parti qui sont allés signer la charte du FCC en adhérant à une autre formation politique autre que le Palu et ayant par ailleurs des objectifs contraires à la volonté du Palu. Nous estimons qu’en le faisant de cette manière, ils ont quitté le Palu. En principe, c’est le Secrétaire permanant qui doit prendre acte de leur démission volontaire du parti. Et s’ils veulent rester au gouvernement pour le compte du FCC, ils peuvent le faire.

GH/Rester au gouvernement pour les ministres signataires, c’est occuper des postes acquis au nom du Palu, si jamais ils étaient déclarés démissionnaires du parti, à quel titre devront-ils y rester ?

En principe, il n’y a que deux hypothèses. La première, ils ont quitté le Parti en signant la charte et la mouvance les maintient au gouvernement en récompense. Ici, le Palu va tout simplement constater qu’il n’a plus de représentants au gouvernement parce que le 1er d’entre eux a de lui-même quitté le parti. La deuxième, est que le Palu va se considérer comme l’allié du FCC et comme membre et donc, est en droit de leur réclamer la restitution des postes au parti. C’est au Secrétaire Permanant de se prononcer par rapport à cette question le plus rapidement possible.

GH/ En signant le document, certaines langues disent qu’ils ont eu la bénédiction du patriarche Gizenga, quel commentaire faites-vous de cette insinuation ?

Sur le plan de la forme et du fond, moi j’estime qu’il y a 5 raisons qui font que cela ne soit pas vrai. Premièrement, il faut savoir que le patriarche, Antoine Gizenga ne pouvait pas accepter d’avoir comme autorité morale le Président Joseph Kabila conformément à la charte. Deuxièmement, il ne faut pas oublier que ceux qui ont signé la charte sont des ministres en fonction alors que l’article 97 de la constitution stipule que les fonctions ministérielles sont incompatibles avec des fonctions politiques, donc ils n’ont la qualité nécessaire pour engager le parti. En l’absence du Secrétaire général, c’est le Secrétaire Permanent qui est appelé à engager le parti. Troisièmement, le FCC a comme ambition de présenter des candidats à tous les niveaux y compris la présidentielle tandis que le Palu a dit qu’il allait présenter ses candidats à tous les niveaux. Et le Secrétaire général l’a promis aux militants depuis 2011. Donc, il ne peut pas se dédire. Encore une fois, une décision d’une aussi grande importance, le patriarche a l’habitude de communiquer au préalable avec la base pour savoir, c’est quoi les aspirations des militants. On n’a pas communiqué à la base les motivations d’une adhésion au FCC. Et la dernière raison quand le Palu s’est approché du MLC à travers le Permanant Lugi Gizenga et son Adjoint d’alors Muzito, le patriarche avait dit le Palu, parti de gauche ne pouvait pas s’allier à un parti Libéral qui est de droit le MLC. Mais aujourd’hui, le FCC réunit autant des gens du Centre, de droite de l’extrême droite, de l’extrême gauche, nous ne voyons pas comment le patriarche pouvait se dédire en un temps aussi court. Donc, pour ces 5 raisons, nous estimons que le patriarche ne pouvait pas leur donner le quitus de faire adhérer le Palu au FCC du moins il pouvait leur donner le quitus de quitter le parti en leur disant par exemple, comme vous avez quitté le Palu pour le FCC, allez-y à titre personnel. C’est à eux-mêmes de quitter formellement le parti et le Secrétaire général ou permanant n’ont qu’à prendre acte.

GH/ Mais au stade actuel, ni le Secrétaire général moins encore le Permanant ne se sont exprimés sur la question, soupçonnez-vous une certaine complicité derrière-ça ?

Je n’irai pas dans les procès d’intentions mais j’interpelle le Secrétaire permanant pour qu’il puisse éclaircir la lanterne autant bien des militants que de l’opinion tant nationale qu’internationale. Il y a plutôt le permanant Adjoint chargé de la jeunesse qui a communiqué là-dessus pour dire que les ministres n’ont pas signé au nom du Palu mais dans le cadre de la solidarité gouvernementale, encore une fois de plus, ce sont des déclarations que nous jugeons ambigües parce qu’un ministre, est le produit d’un parti politique. Vous ne pouvez pas adhérer à une formation politique qui a des ambitions contraires à votre propre formation politique et penser toujours être membre de votre parti.

GH/ Hormis votre qualité du cadre du parti, vous êtes aussi porte-parole de l’ancien premier ministre Adolphe Muzito. Sanctionné au même titre que Lugi Gizenga pour avoir entrepris des démarches jugées contraires à la philosophie du parti, Muzito n’a pas été réhabilité à son poste au sein du parti contrairement à Gizenga fils, quelle est sa situation actuelle ?

Je pense que Muzito est dans une situation qu’il aime bien. Une situation confortable d’être dans la base. D’être un militant comme tous les autres militants. Le comprenant mieux, on parle du centralisme démocratique dans notre parti c’est-à-dire, quand on perd le pouvoir au sommet, on ne va pas s’en plaindre, on doit plutôt rentrer à la base pour mieux comprendre les aspirations des militants et le jour où on aura l’opportunité de diriger le parti ou le pays, on le dirigera conformément aux aspirations des militants.

GH/ Et si le Palu déposait sa candidature à la présidentielle et celle-ci n’est pas Adolphe Muzito qui, on le sait, nourrit cette ambition, quelle sera son attitude ?

Adolphe Muzito a dit dans sa lettre écrite au patriarche, qu’il va soutenir et battre campagne à tout candidat à la présidentielle qui serait choisi par le patriarche de manière démocratique. Donc, tout candidat qui sera choisi par le Palu de manière démocratique sera soutenu par Adolphe Muzito mais dans le cas contraire, il va prendre ses responsabilités.

GH/ « Prendre ses responsabilités », en d’autres termes ?

C’est-à-dire qu’Il va défendre l’héritage de Gizenga, de Lumumba pour éviter que le Palu puisse sombrer…

GH/ Autrement dit, il pourra se présenter de sa manière ?

Probablement.

Propos recueillis par Jose-Junior Owawa

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Syndicat, n° 315, Kinshasa-Gombe, RDC
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top