Société

Face aux difficultés rencontrées par les artistes à Kinshasa : Kinact se dit optimiste quant à l’amélioration de la situation

Kin action, une série des rencontres internationales d’artistes performeurs a organisé lundi 8 juillet 2019, une conférence de presse au centre culturel « Ndaku ya la vie est belle », situé au quartier Matonge. Au cours de cet échange avec les professionnels des médias, Kinact s’est dit optimiste quant à l’amélioration de la situation des artistes en République Démocratique du Congo, malgré les difficultés rencontrées cette année liées notamment aux agissements de certains partenaires qui ne respectent plus leurs engagements. La situation politique du pays non encore stable était également à la base de ces difficultés.

Pour Kin action, la motivation est toujours en place et les activités culturelles ont bel et bien commencé depuis le 23 juin 2019 dernier. La résidence « Ndaku ya la vie est belle » avait pris deux semaines pour accueillir les projets des artistes, le temps est maintenant à la présentation du travail réalisé.

L’orateur de cette conférence de presse, Emmanuel Muyumba a, avant tout, expliqué le thème choisi pour l’édition dénommée « Spécial matonge ». Il a également donné des précisions concernant les activités qui sont déjà au rendez-vous, il a demandé aux parents d’envoyer les enfants pour les ateliers pédagogiques les avant- midi. « Comme l’année passée le thème était « Lelo Lobi », pour cette année, on a choisi le thème « Lona lobi nayo », « c’est la suite de ce qu’on a fait l’année dernière, nos activités ont déjà commencé, nous avons les ateliers pédagogiques pour les enfants, la performance, la projection, la danse et autres », a annoncé Emmanuel Muyumba, chargé de la communication.

Eddy Ekete a quant à lui, donné un bref aperçu sur l’organigramme de kinact qui est d’abord dans un premier temps, une idée de quatre artistes dont : Arthur Poutignat, Aude Bertrand, Eddy Ekete et Lambert Mousseka. Ces artistes internationaux ont pensé comment ils peuvent se montrer au public et ils se sont appuyés aux collectifs « Eza possible », une structure qui regroupe les différents artistes cher à Kura Chomali.

Eddy Ekete précise également que Kinact n’a pas de président, c’est seulement les artistes qui s’organisent pour faire leur travail peut être avec le temps, les artiste pourront avoir un salaire exemple l’année passée ils ont obtenu du financement et ils faisaient de déplacement trois fois par semaine dans les différentes communes de la ville province de Kinshasa.

Parlant de source de financement, Kura Chomali a indiqué que les artistes n’ont de moyens mais fournissent beaucoup d’efforts de manière volontaire pour réaliser certaines activités.

Simon Dalemans, artiste plasticien venu de la Belgique a donné les raisons de sa participation au Festival Kinact. «Je suis très content de venir pour un évènement qui se passe dans la rue. Pour moi, c’est vraiment quelque chose d’essentiel dans la communication avec la population, c’est ma motivation principale, les artistes aussi, certains que je connais ceux que je ne connais pas encore, mais je sais qu’il y a une très bonne énergie ici à Kinact »

Les deux artistes Charlien Adriaenssens et Louis Van Der Waal se sont satisfaits de cette édition du Festival Kinact qui leur donne la possibilité de venir soutenir les artistes congolais qui font face aujourd’hui à une nouvelle réalité.

Boniface Kimvula (Stagiaire UPN)

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Syndicat, n° 315, Kinshasa-Gombe, RDC
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top