Economie

Grogne à la SCPT : Le DG UMBA gagne la paix sociale

Alors que l’essentiel des entreprises du secteur public et privé de la République Démocratique du Congo (RDC) restent secouées par des mouvements de grèves sans précédents axés principalement sur des revendications salariales qui ont même couté les postes à certains mandataires, peinent à s’essouffler dans le pays. Certaines structures commencent à trouver des solutions à l’interne grâce au dialogue social instauré entre les différentes parties. Cette prouesse exceptionnelle de négociation a été opérée au sein de la Société Commerciale des Postes et Télécommunication (SCPT). Au sein de cette société commerciale, le patronat et le personnel se sont résolus de tourner le dos au dialogue de sourds qui avait pris ses quartiers à la SCPT pour renouer des contacts nécessaires au dénouement de la crise observée depuis lundi dernier.

Déclenchée depuis plus de deux semaines auparavant, la grève des agents de la Société Commerciale des Postes et Télécommunication (SCPT) a été suspendue par l’intersyndical de la même société. Alors que le personnel était dans la posture de durcissement de ton, le mouvement a été stoppé net par l’ingéniosité de l’équipe dirigeante.

Mené par son Directeur Général intérimaire Patrick Umba, le staff dirigeant de la SCPT avait impliqué l’inspection générale du travail qui a su jouer la médiation ayant conduit à la suspension de la grève mercredi 6 février dernier.

Ce compromis trouvé entre les deux parties a, dans un premier temps, concerné la paie du mois de novembre 2018.Il était question pour le patronat, de mobiliser des fonds nécessaires pour donner les salaires à près de 1.000 agents dont plus de la moitié est à mettre à niveau hormis l’effectif de près de 2.000 autres agents ayants atteint l’âge de la retraite mais qui continuent à être pris en charge par la société.

SCPT, Patrick Umba, le respect de la parole !

Comme il l’avait promu lors de la rencontre avec la délégation syndicale, le Directeur Général a.i de la Société Commerciale des Postes et Télécommunications (SCPT) a effectivement procédé à la paie des salaires des agents de sa société. « Cette masse salariale évaluée à plus de 800 mille dollars américains consommerait près de 90% de recettes générées par la société », fait savoir une source au sein de la SCPT. Lundi dernier, Patrick Umba a tenu parole en payant le premier des trois mois de salaires réclamés par les agents. Selon le protocole d’accord trouvé entre les deux parties devant l’inspecteur du travail, le paiement des mois de décembre et janvier dernier devra faire l’objet du deuxième round de discussions prévues pour vendredi, 15 février.

Dans l’entretemps au sein de la SCPT, les agents et cadres de l’entreprise publique ont retrouvé le chemin du travail, laissant derrière eux, les chants et danses qui ont caractérisé ce mouvement de grève.
Unique opérateur dans ce domaine de la poste et de la distribution des plusieurs services aux opérateurs de télécommunication en République Démocratique du Congo (RDC), la SCPT peine véritablement à décoller, à cause notamment de son énorme dette sociale et la vétusté de son équipement.

Selon un expert en la matière, la mise à la retraite de plus de 2000 mille agents de la société couterait 30 millions de dollars hormis la formation de ceux en âge de travailler. Concernant le renouvellement de l’outil du travail, la SCPT mise principalement sur le renforcement des câbles de distribution de la fibre optique qui n’offre jusqu’à présent que 10% de sa capacité maximale. Avec la fibre optique qui tourne à plein régime, la SCPT compte renforcer la vitesse de la connexion afin d’offrir un service de qualité aux clients (opérateurs de télécommunication essentiellement) en vue de renflouer ses comptes.

Pour l’heure, la contribution des opérateurs de télécommunication estimée à plus de 700 mille dollars mensuel ne sert qu’à la paie de salaires et au maintien de l’outil de travail. Jadis considéré comme étant premier département générateur des recettes au sein de la société d’Etat, la Poste est devenue à ce jour presque budgétivore. Avec 30 milles dollars de recettes mensuelles, le revenu de la poste ne servirait qu’au transport de colis, donc au service du client. Une problématique à laquelle le comité Umba voudrait trouver de solution. Lors d’un entretien avec Géopolis hebdo, le Directeur Général a.i de la SCPT a fait remarquer que son plan de développement consiste notamment à nouer des nouveaux partenariats avec d’autres firmes internationales pour permettre à la société de disposer de l’équipement moderne adapté aux Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC). Des perspectives qui pourront révolutionner la situation au sein de la cette société.

José-Junior Owawa

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Syndicat, n° 315, Kinshasa-Gombe, RDC
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top