Economie

Innovation et management : Patient Sayiba lance la “FERE” et accroit les recettes de l’Etat [ Deux années de gestion et dix réalisations fondamentales ]

Conçue depuis 2003, c’est finalement le 15 août 2019 prochain que Patient Sayiba Tambwe, Directeur Général de l’Office de gestion du fret multimodal (OGEFREM), va lancer la Fiche Electronique des Renseignements à l’Exportation (FERE). Désormais, il ne sera plus question de procéder au contrôle manuel pour la couverture des exportations. Cet instrument, produit d’un management innovant, va accroitre les recettes de l’Etat. En deux années de gestion, Patient Sayiba donne ses lettres de noblesse à l’OGEFREM. On lui doit aussi dix grandes réalisations.

C’est un établissement public important en RDC, l’Office de gestion du fret multimodal a la mission d’assurer la gestion du fret national à l’importation comme à l’exportation. Cet établissement est de ce fait le bras séculier de l’Etat Congolais dans ce domaine. Depuis deux ans, cette structure a fait hisser haut le drapeau de la RDC sur le plan mondial. Deux occurrences ont fait briller l’OGEFREM, si bien que le très sérieux Magazine Américain FORBES a remarqué sa montée fulgurante en décernant un prix à cet établissement.

En plus de cette distinction, l’OGEFREM a vu son projet de construction du Port Sec de Kasumbalesa être reconnu comme meilleur projet d’infrastructure de l’Afrique australe pour l’année 2018. Mais les différentes distinctions révèlent en réalité le travail de fond qui est fait au sein de cette structure. Depuis 2017, un nouveau vent a soufflé au sein de cet établissement. Une politique du résultat et un suivi des mesures ont été définis comme les fils conducteurs de l’action du Directeur Général de l’OGEFREM.

Patient Sayiba est donc l’ouvrier d’une restructuration qui porte ses fruits. Le Directeur Général de l’OGEFREM va lancer la Fiche Electronique des Renseignements à l’Exportation ce 15 août 2019.

Avec la FERE, le pays va disposer d’un instrument qui couvre toutes les exportations sur toute l’étendue du territoire national quel que soit le point de sortie. La RDC va donc passer de la gestion manuelle à la gestion électronique grâce à cet instrument qui en même temps, simplifie les procédures administratives à l’exportation.

Il faut dire que l’OGEFREM est dans une phase du relèvement qui est en fait une révolution. Créé en novembre 1980, l’Office de Gestion de Fret Multimodal a subi une réforme en 2009 qui a fait passer son statut, d’Entreprise publique à Etablissement public à caractère administratif et technique, doté d’une personnalité juridique. Cette structure a pour mission d’assurer la gestion du fret national à l’importation comme à l’exportation. Cette mission revêt un caractère régalien en raison non seulement du fait que chaque Etat a le droit d’exercer la souveraineté sur son fret national, mais aussi en raison des impératifs sécuritaires qui imposent le contrôle et la traçabilité de toute marchandise entrant et sortant du territoire national. Cette mission ô combien délicate, requiert une certaine technicité et la mise en place des instruments modernes pour faire face aux flux des marchandises pour en tirer réellement profit. C’est dans ce cadre que l’OGEFREM se prépare à lancer la FERE.

Depuis sa nomination à la tête de l’OGEFREM, en juillet 2017, Patient Sayiba Tambwe a insufflé un dynamisme à cet Office. Ce Directeur Général est l’artisan de dix réalisations majeures à la tête de cette structure.

Deux ans, dix réalisations

Signature des textes réglementaires

La signature des textes réglementaires sur les missions de l’OGEFREM : après dix années de démarches infructueuses, des arrêtés interministériels et ministériels renforçant aussi bien l’exercice des missions de cet Office et consacrant son caractère multimodal ont enfin été signés. Le 22 janvier dernier, l’arrêté ministériel portant souscription obligatoire de la Fiche Electronique des Renseignements à l’Importation, de l’Attestation de Destination ainsi que de la Fiche Electronique des Renseignements à l’Exportation.

Cet arrêté interministériel a été signé par les ministres des Transports et voies de Communications, de l’Economie nationale et le ministre des Finances. Dans la foulée, plusieurs autres arrêtés ont été signés, notamment celui fixant les modalités de gestion du fret multimodal et de contrôle de l’application des taux de fret négocié.

Révision du Protocole d’accord avec la DGDA

Il y a eu aussi révision du protocole d’accord avec la Direction Générale des Douanes et Accises (DGDA) élargissant l’assiette de perception de la commission de chargement. Conclu depuis 1991 et ne couvrant que le fret maritime, ce n’est qu’en décembre 2017, soit 4 mois après la nomination de Patient Sayiba à la tête de l’OGEFREM. Le Directeur Général a réussi à faire aboutir la révision du protocole liant son institution à la DGDA. Par cette révision, le caractère multimodal de l’OGEFREM a été parachevé et depuis lors, à l’OGEFREM, l’on dit avoir doublé les recettes.

Mise en place d’un système électronique

Depuis le 1er novembre 2018, l’OGEFREM est entré dans une nouvelle ère. Un nouveau système électronique appartenant à cette structure est actionnée. Il faut dire que depuis sa création, l’Office recourt aux systèmes de suivi des cargaisons appartenant à des mandataires étrangers. Ce système a toujours été géré de l’extérieur du pays. Une année après son arrivée à l’OGEFREM, le DG Sayiba a cassé ce mythe, en dotant à l’Office de son propre système informatique de gestion des Fiches Electroniques de Renseignements à l’Importation. Une opération de reconquête de la souveraineté nationale, commente-t-on à l’OGEFREM.

Diversification des mandataires opérant par zone géographique

Une politique consistant à signer des contrats de mandat spécial avec plusieurs sociétés disséminées à travers le monde a été mise en place. A ce jour, l’OGEFREM assure la quasi-totalité des importations, triplant ainsi les flux des entrées par rapport à ce qui se faisait jadis avec un seul mandataire.

Transformation des Représentations de l’OGEFREM à l’étranger en Agent portuaire et en Centre des Profits

Ceci est la conséquence directe de la stratégie de diversification des mandataires mise en place par le Directeur Général de l’OGEFREM. A présent, force est de constater que toutes les représentations de l’OGEFREM sont actives et produisent, par conséquent, des recettes.

Elles sont devenues des centres d’intérêt, couvrant les charges salariales, charges de fonctionnement et transférant une bonne part de leurs rentrées au siège de Kinshasa.

Opérationnalisation de la FERE

Conçu depuis 2003, cet instrument de couverture du fret congolais à l’exportation est désormais actionné. Cette réalisation, l’OGEFREM la doit à son Directeur Général. Patient Sayiba a annoncé l’opérationnalisation de la Fiche Electronique des Renseignements à l’Exportation. Cette opérationnalisation sera effective à partir de 15 août 2019 prochain.

Mise en œuvre effective du caractère multimodal de l’OGEFREM

En 39 ans d’existence, c’est le management innovant actuel qui a pu réussir la transformation de l’OGEFREM. Ainsi, de l’Office de Gestion du Fret Maritime, l’OGEFREM est maintenant effectivement l’Office Gestion du Fret Multimodal. A ce jour, cet Office assure la couverture du fret congolais quel que soit son mode de transport maritime, routier, ferroviaire comme aérien.

Port sec de Kasumbalesa

Longtemps resté comme projet (sur papier) avec une concession de 62 hectares acquise en 2005 et qui faisait déjà l’objet d’empiétement,

les travaux de construction du port sec de Kasumbalesa avaient été lancés. La cérémonie de lancement de cet ouvrage grandiose avait connu le déplacement de toutes les autorités du pays dans le Haut-Katanga. A ce jour, l’OGEFREM s’apprête à lancer le premier module de ce port, à savoir l’aire de stationnement des véhicules à l’import comme à l’export pour mettre fin aux récurrentes congestions observées à ce poste frontalier.

Acquisition de l’Immeuble abritant les bureaux de l’OGEFREM à Beni

C’est une réalisation qui fait la fierté de l’OGEFREM et de son Directeur Général. Un immeuble acquis pour abriter les bureaux de l’Office à Beni. Preuve, s’il en est, d’une bonne gestion dont la hiérarchie peut se targuer.

Reconnaissance internationale et rayonnement de l’OGEFREM

Le dynamisme du manager de l’OGEFREM a été remarquable durant ces deux années de gestion. L’Office a été présent dans plusieurs forums tant nationaux qu’internationaux traitant des questions de transport et de la logistique organisés en Afrique, en Europe, en Amérique et même en Asie. Des dividendes sont certes attendus de toutes ces participations qui ont permis au monde entier de mieux connaître l’OGEFREM, ses missions et son importance stratégique.

C’est ici l’occasion de mentionner le prix décerné à l’OGEFREM par le Prestigieux Magazine américain FORBES, à l’occasion de sa légendaire cérémonie « Best of Africa », organisée à New York en marge des Assemblées Générales de l’ONU. Autre chose, le Projet de construction du Port sec de Kasumbalesa a été reconnu comme meilleur projet d’infrastructure de l’Afrique australe pour l’année 2018.

Patrick Ilunga

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Syndicat, n° 315, Kinshasa-Gombe, RDC
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top