Société

Kinshasa-Infrastructures : La route Kabambare dans un état de détérioration

La route Kabambare qui traverse deux communes de la ville – province de Kinshasa qui sont la commune de Kinshasa et celle de Barumbu, est dans un état de destruction. Cette route se situe au croisement des avenues Huileries (ex. Démocratie), Lwambo Makiadi (ex Bokassa), Kasaï et s’étend jusqu’au niveau de Bon-Marché dans la commune de Barumbu. Cet itinéraire détérioré met en difficulté les chauffeurs des taxis, taxis-bus, des motards et les habitants de ces deux communes voisines de vaquer paisiblement et à l’heure, à leur occupation quotidienne. Pour en savoir plus, l’équipe de Géopolis Hebdo est descendue hier jeudi 7 février 2019 sur terrain.

La commune de Kinshasa qui est reconnue comme étant la commune mère de la capitale de la République Démocratique du Congo (RDC), se trouve dans la catastrophe pour ce qui concerne ses différentes routes, notamment celle de Kabambare qui par de la commune de Lingwala, traverse la commune de Kinshasa et se prolonge jusqu’ à la commune de Barumbu.
Déjà à l’entrée de cette avenue, dans la commune mère de Kinshasa, des eaux stagnantes en abondance empêchent la bonne circulation des véhicules, motos voire même des personnes. Ces eaux dégagent des mauvaises odeurs, qui plus tard, pourraient provoquer la malaria et la typhoïde ainsi que d’autres maladies liées à la pollution de l’environnement.

Pour ces taximen, l’état de cette route ne profite à personne. Selon quelques résidents des deux communes et les chauffeurs, les travaux de réhabilitation de l’avenue Kabambare à son croisement avec Lwambo Makiadi (ex Bokasa) devaient être exécutés par l’entreprise Safrimex mais ce sont des travaux sans succès. En effet, selon les habitants de ce coin, Safrimex aurait arrêté les travaux, compte tenu du non respect de contrat de la part du gouvernement provincial de la ville de Kinshasa. En effet, la société Safrimex devait s’occuper des travaux et pour ce qui concerne le financement des travaux, c’est le gouvernement provincial de Kinshasa qui devait s’en occuper ce qui n’a pas été fait de la part du gouvernement, indique les mêmes habitants.

« L’Etat nous oblige de payer la carte rose et la carte d’immatriculation afin de bien fonctionner dans les normes routières mais celui-ci ne tient pas compte de l’état des routes dans la ville et ne s’acquitte pas de ses devoirs vis-à-vis de la population », a fait savoir un chauffeur de taxi. Cette route reliant les deux communes voisines est très importante pour ces dernières, ce qui fait que les habitants tiennent et demandent à ce que le gouvernement provincial de la ville de Kinshasa prennent des dispositions nécessaires pour que les travaux arrêtés à mi-chemin soient repris le plus vite possible.

Betty Masamungwa

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Syndicat, n° 315, Kinshasa-Gombe, RDC
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top