Economie

La RDC en chiffres au premier trimestre 2019 :

 

Depuis son accession à la magistrature suprême comme président de la République Démocratique du Congo, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo a depuis pris un train de mesures sans doute conséquentes au bon fonctionnement du pays. Parmi ces mesures, la limitation de dépenses au niveau des institutions publiques, en dehors de celles liées à la rémunération. A ces mesures s’ajoute, le programme d’urgence des 100 premiers jours du président de la République Félix Tshisekedi, chiffré à 304,07 millions de dollars américains (USD) et présenté il y a peu à la Nation. Sur ce budget, la réhabilitation des infrastructures routières va consommer 136 818 286 USD, soit 44,99% du budget total du programme d’urgence,79 563 753 USD seront alloués à l’Office des routes (OR) et 57 254 533 USD à l’Office des voiries et drainage (OVD).

Au niveau des dépenses du Trésor public, 61% de ces dépenses sont affectés aux salaires et frais de fonctionnement des institutions. Faisant face au poids énorme de ces deux rubriques budgétaires, d’aucuns estiment qu’il est plus qu’urgent pour le président de la République, Félix Tshisekedi d’impulser leur réduction dans l’objectif de dégager certaines marges pouvant aider à relever le niveau des dépenses d’investissements.

Les réserves de change, on remarque la reprise d’une ascension, après avoir chutées à 844 millions de dollars en novembre dernier suite aux financements des opérations électorales, ces réserves ont augmenté successivement de 39 millions USD en décembre 2018 et de 33 millions USD pour se situer à 913,23 millions de USD à fin janvier 2019, selon la Banque centrale du Congo(BCC).
Au regard des analyses et des chiffres publiés par l’institution monétaire, tout porte à croire que cette tendance ira crescendo pour franchir la barre du milliard de dollars. Cette situation s’explique notamment par le dépassement des assignations budgétaires par certaines régies financières (la Direction générale des impôts, DGI ; la Direction générale des douanes et accises, DGDA et la Direction générale des recettes administratives domaniales et des participations de l’Etat, DGRAD) et le rapatriement 40% des devises issues des exportations des produits miniers comme l’exige le nouveau Code minier, bien au-delà de la reprise de la confiance dans le chef des opérateurs économiques qui espèrent en la volonté des nouvelles institutions politiques prendre des mesures devant accélérer l’assainissement du climat des affaires et la lutte contre la corruption.

Il sied de renseigner aussi que la mobilisation des recettes au niveau de les régies financières sont en pleine progressions avec des projections de croissance estimé de l’ordre de 4,5 % avant la fin de cette année et 4,6 % d’ici 2020 principalement si la volonté politique et le leadership du Chef de l’Etat y sont invités.

Paulin Muembo

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Syndicat, n° 315, Kinshasa-Gombe, RDC
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top