Société

La vie dans nos communes : Lemba/Righini : multiplication des accidents de circulation sur l’avenue de l’Université

« L’injustice, c’est quand le plus fort prime sur le moins faible », dit un adage. Aucun mort et un seul blessé. Bilan mineur et provisoire d’un accident de circulation survenu, le samedi 28 juillet dernier, sur l’avenue de l’Université (Ndlr : principale artère de la capitale qui mène vers l’Université de Kinshasa), dans sa partie comprise entre l’arrêt Complexe Scolaire sainte-Famille et le Rond-Point Ngaba, plus précisément à l’entrée de l’avenue Chapelle.

En effet, un véhicule de marque Toyota, modèle IST, communément appelé dans la capitale ‘’Ketch’’, est sorti de l’avenue Nyembo pour se diriger vers la colline inspirée en passant par l’avenue de l’Université. Le conducteur du véhiculé précité, ayant mal ciblé l’angle de sortie sur le macadam, cogne un motocycliste qui se trouvait en cet instant-là sur sa bande respective. Le fait s’est passé aux alentours de 12h00, heure locale. Refusant d’admettre la faute, le conducteur de la voiture dit Ketch, rejette toute la charge sur le dos de son collègue de service qui est le motocycliste.
« C’est justement parce qu’il (le conducteur de ketch) venait de recevoir le parapluie d’une dame magistrat et de deux autres notoriétés dévoilées qui se trouvaient à bord de la voiture au moment de l’accident », a déclaré dans l’anonymat un habitant du quartier trouvé sur place.

Il convient de signaler ici la cause de cet accident. Pour rappel, le conducteur de taxi non autrement identifié n’a pas pu bien calculer son trajectoire avant de changer de ligne surtout, avec la vitesse avec laquelle il roulait. Hélas, c’est le pauvre motocycliste qui en a payé le prix à la place du chauffard qui a roulé sur le Code de la route en toute impunité.

Le non-respect du Code de la route n’est pas la seule cause des accidents de circulation dans cette partie de la capitale. Il convient aussi de citer le mauvais état de la route, dans sa partie comprise entre le Rond-Point Ngaba jusqu’à l’UNIKIN ; l’absence des panneaux de signalisation ; l’étroitesse de la route ; l’absence des parkings dignes de ce nom ; les incompréhensions des « chauffeurs » ; le phénomène « chaud-chaud » consistant à rouler vite pour réunir le versement, montant minimum fixé par le patron, avant la fin du travail et ensuite, profiter du reste de temps. Cette liste n’est pas exhaustive.

« La justice élève une nation », dit-on. Mais, est-ce que son inverse élève-t-elle une nation ? Qui rappellera ces « chauffeurs » à l’ordre ? A l’autorité compétente d’y répondre. En attendant la réponse de l’autorité compétente à cette épineuse question, la responsabilité face à la multiplication des accidents de circulation sur ce tronçon n’est-elle pas partagée ?

Abondance MASAKA (Stagiaire UNIKIN)

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Syndicat, n° 315, Kinshasa-Gombe, RDC
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top