Economie

RDC : EXPORTATION DES PRODUITS MINIERS MARCHANDS : Le Gouvernement accorde un nouveau moratoire aux miniers

Le moratoire accordé aux sociétés minières productrices des concentrés de cuivre et de cobalt pour se conformer à la réglementation des exportations vient d’être prolongé par le ministre des Mines. Cette prolongation court jusqu’à la résolution de la problématique du déficit énergétique qui impacte négativement sur la production minière.

En effet, le gouvernement central vient d’accéder à la demande formelle effectuée par le secrétariat général de la Fédération des entreprises du Congo (FEC) après l’expiration du premier moratoire le 31 décembre 2018. A en croire le ministre intérimaire des Mines, Henri Yav Mulang, ce nouveau moratoire est accordé sous conditions aux entreprises minières concernées.
« Une évaluation sera effectuée, semestriellement, par les services des Mines et les sociétés minières pour examiner l’opportunité de la levée ou du maintien de ce moratoire. Toutefois, je tiens à rappeler l’impérieuse nécessité pour les sociétés minières produisant les concentrés de cuivre et de cobalt, de tout mettre en œuvre pour obtenir, in fine de leur process de traitement, des produits marchands plus élaborés, à même de leur permettre, ainsi qu’à l’Etat, de tirer les meilleures recettes de la production minière », a insisté Henri Yav Mulang dans une correspondance du 20 mars 2019 adressée à la FEC.
La société civile exprime une certaine inquiétude face à cette mesure de prolongation du moratoire. Pour elle, le problème d’électricité est réel mais les miniers trouvent aussi des excuses éternelles.
« Les exportations des concentrés sont-elles justifiées par l’insuffisance d’énergie ou plutôt par des contrats à long terme signés avec des acheteurs pour leur livrer des hydroxydes ou concentrés de cobalt au lieu du produit à valeur ajoutée comme le cuivre? Exporter les concentrés est un manque à gagner pour la RDC parce qu’il y a des décotes pour impureté, humidité et autres. Il y a des projets dont la durée de vie reste de 3 à 7 ans. Ça veut dire que les réserves seront épuisées sans jamais produire du Cobalt métal si Inga doit finir dans 10 ans. Le Gouvernement doit revoir la durée au lieu de la laisser indéterminée. Les miniers de l’ex Katanga doivent faire comme Kibali en donnant des solutions sans poser le même problème. Ils doivent être investisseurs comme Mark Bristow », a commenté Franck Fwamba de la synergie Touche pas à mon cobalt.
Le ministère des Mines est déjà saisi du prétexte du déficit énergétique dont se sert certaines sociétés minières qui s’adonnent à dessein à l’exportation frauduleuse des produits miniers de très faibles valeurs, voire même des produits miniers bruts.
Et l’instruction de Henri Yav, ministre intérimaire des Mines, est précise : « j’enjoins Monsieur le secrétaire général aux Mines et Monsieur le coordonnateur de la Commission nationale de lutte contre la fraude minière de prendre toutes les mesures qui s’imposent pour s’assurer de l’exportation des seuls produits miniers marchands prévus dans la Nomenclature prise à cet effet. »

GH/Zoom éco

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Syndicat, n° 315, Kinshasa-Gombe, RDC
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top