Politique

Tirs sur la primature Tshibala : Un acharnement qui cache mal un dessein politique

Depuis un certain temps de fausses informations circulent dans tous les sens et par médias (Presse écrite et audiovisuelle) interposés, faisant état d’une quelconque malversation financière à la Primature. Des rumeurs cousues de toute pièce et propagées çà et là, évoquent non seulement des cas de détournement des fonds destinés à la paie des agents de la primature par le Premier ministre sortant mais aussi des cas de vol d’argent en sa résidence. Dans un seul souci de bien informer l’opinion tant nationale qu’internationale, Géopolis Hebdo a approché les sources proches de la primature, et ayant accédé aux documents disponibles et aux personnes concernées, Il ressort de différents entretiens et investigations, qu’il s’agit tout simplement d’un acharnement et d’une cabale contre le Premier ministre sortant, dont la mission accomplie durant son passage à la tête de l’exécutif national n’a pas plu à ses détracteurs. Selon les sources proches de la primature, il n’y jamais eu détournement des salaires des agents ou arriérés salariales. Tous les droits dus aux agents de différents services et cellules de la primature ont été bel et bien payés, à la grande satisfaction même des bénéficiaires.

Payement des salaires et arriérés

« Tout le monde a son salaire et les arriérés ont été payés », a laissé entendre une source proche du premier ministre Bruno Tshibala Nzenze qui précise par ailleurs qu’il restait trois mois d’arriérés seulement pour une cellule de la primature et cela a été payé. A ce jour donc, personne n’a de problèmes liés au salaire. Plusieurs parmi les bénéficiaires ont même remercié le 1er Ministre pour son sens d’humaniste et son coté socialiste durant tout son passage à la primature.

Consommation du budget de la primature

Contrairement aux personnes de mauvaise foi faisant croire à la population que la primature a consommé abusivement tout son budget, des investigations menées par nos soins, il ressort que la Primature reçoit une dotation mensuelle qui comprend l’ensemble des charges de son fonctionnement . Comment peut-on épuiser le budget de l’année alors qu’il n’a pas été libéré en une seule fois. Force est de se souvenir qu’à son arrivée à la tête de l’exécutif national, les finances et l’économie faisaient l’objet d’un encadrement au sein d’un comité stratégique dirigé par le Chef de l’Etat lui-même et dont le porte-parole fut son directeur de cabinet. Grace à cette initiative, le pays a pu mobiliser les moyens pour financer les élections du 30 décembre 2018, dont Bruno Tshibala a le mérite de les avoir organisées sur fonds propres du gouvernement de la RDC.

Toutes les fausses nouvelles véhiculées par voies médiatiques et réseaux sociaux interposés ne démontrent pas malheureusement à quel niveau précisément il y a eu détournement d’un quelconque sou de la primature. Tout n’est fait que dans l’intention de nuire, nous a-t-on signifié.

Bruno Tshibala victime d’un acharnement

A en croire les sources proches du Premier ministre sortant, tout ce qui est dit aujourd’hui à travers les réseaux et certains médias de la place, s’inscrit clairement dans un schéma machiavélique, visant tout simplement à ternir l’image d’un homme dont la seule préoccupation reste le bien-être général du peuple congolais. Pour avoir été plusieurs fois aux côtés d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba d’heureuse mémoire, Bruno Tshibala s’est résolument engagé, depuis sa prise de fonction, à faire de la bonne gouvernance son cheval de bataille, n’en déplaise à ceux qui se livrent à tort dans une campagne de sape contre sa personne.

Cet acharnement cache, peut-on le dire, un dessein politique, au regard des prouesses réalisées par le premier ministre sortant Bruno Tshibala. L’homme a aujourd’hui, en République Démocratique du Congo, le mérite d’avoir gagné le plus grand pari du siècle, à savoir : l’organisation des élections libres, démocratiques et transparentes, dans un contexte très difficile. Ces élections financées par le seul gouvernement Tshibala, ont offert au peuple congolais, la toute première alternance démocratique, une première passation pacifique et civilisée du pouvoir entre un Président de la République sortant, Joseph Kabila Kabange et un Président de la République entrant, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.
Sortant de la primature avec cette auréole, il n’est pas surprenant que Bruno Tshibala devienne aujourd’hui un adversaire redoutable. Avec à son actif le privilège d’avoir été un Chef de l’exécutif national, et ancien collaborateur de l’homme qui a facilité l’alternance, Joseph Kabila Kabange et un ancien plus proche du sphinx de Limete, le feu Etienne Tshisekedi wa Mulumba d’heureuse mémoire, Tshibala Nzenze devient à ce jour une machine et une personnalité politique pas moins importante en République Démocratique. Ce parcours élogieux fait aujourd’hui du premier ministre sortant la cible de plusieurs dossiers sals montés dans les laboratoires obscurs, dans le seul but de ternir son image.

Selon nos sources, Bruno Tshibala Nzenze n’a pas voulu personnellement réagir à toutes ces fausses accusations. Il considère que certains problèmes nés de la mauvaise foi ne sont réglés que par les évènements de la vie et qu’il faut laisser ces personnes non autrement identifiées se consumer dans leur dessein du mal.
Combattant de liberté, Tshibala estime que toute personne a le droit de s’exprimer. Mais cette liberté d’expression est régie par l’éthique, afin que cela ne soit pas de l’acharnement comme c’est le cas dans tous les dossiers montés de toute pièce contre sa personne.

Geopolis

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Syndicat, n° 315, Kinshasa-Gombe, RDC
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top